mercredi 16 décembre 2015

-26- 17 décembre 2015. Yannis aurait 10 ans

Début : -1- 941 jours
Article précédent : -25- Les vitres teintées bientôt interdites
Article suivant :
Statistiques



   Pour beaucoup de familles, cette date ne signifie rien. Pour ma famille, ce qui aurait dû être un jour de joie est devenu un jour de deuil.
Il y a 10 ans, le 17 décembre 2005 à 1H24 Yannis voyait le jour. Sa trop courte vie n'aura duré que 941 jours et s' est achevée par un bel aprés-midi d'été. C'était le 15 juillet 2008.

Il ne passe pas un jour sans qu'il ne soit présent dans mes pensées. Sa tombe est toujours couverte de fleurs blanches et de nombreux bibelots.

Il y a 2 ans sa petite soeur Jade a ramené un peu de joie au foyer de ses parents, mais il n'aura jamais pu la tenir dans ses bras.

Il n'a pas pu, comme il l'aurait aimé, j'en suis sur, aller à l'école, apprendre à lire et à écrire, jouer avec ses camarades, faire du sport, des bétises peut-être, être un enfant heureux tout simplement.

Son cri : "Papy ! " ne résonne plus les aprés midi lorsqu'il venait chez nous. Je ne jouerai plus aux "lego" ou au ballon avec lui. Plus jamais je ne tiendrai sa petite main dans la mienne, en heureux grand père fier de son petit-fils. Il me manque tant .

J'ai écrit il y a quelque temps un court texte que je dédie à Yannis et à tous les petits anges qui sont partis comme lui :

Petits Anges


Yannis,petit bonhomme,
Zoé, jolie poupée,
Harold, Noémie et Maxine,
Et vous tous petits anges anonymes,
Était il jaloux de votre beauté,
Était il jaloux de votre éclat,
Ce maudit soleil d'été,
Qui, dans ses rayons brulants vous emporta ?
Yannis,petit bonhomme,
Zoé, jolie poupée,
Harold, Noémie et Maxine,
Et vous tous petits anges anonymes,
Aujourd'hui, je vous le dis
Je vous aime, je vous aime tant.


Yannis, tu me manques.
Papy


Début : -1- 941 jours
Article précédent : -25- Les vitres teintées bientôt interdites
Article suivant :
Statistiques

lundi 30 novembre 2015

-25- Les vitres teintées bientôt interdites ?

Début : -1- 941 jours


   Les tragiques événements du vendredi 13 novembre 2015 ont mis au second plan une annonce qui semblait prometteuse pour la sécurité de nos enfants.
    
    L'article paru dans le quotidien Le Dauphiné libéré du 11 novembre 2015 annonce l'interdiction prochaine des vitrages teintés sur les voitures particulières à compter de juin 2016.

Cette annonce précise que ces vitrages resteront autorisés aux places arrières. Les contrevenants risquant une amende et un retrait de points sur leur permis de conduire. La justification de cette mesure repose sur ce que dit le code de la route, à savoir que la visibilité du conducteur ne doit en aucun cas être entravée par un obscurcissement des vitres ou tout autre obstacle visuel.
Bien évdemment, de nombreuses associations d'automobilistes s'élèvent contre cette décision en mettant en avant "une restriction des libertés" . Il faut savoir que la règlementation en vigueur précisait déja un seuil maximum d'assombrissement des vitres et n'était pas respectée à cause de la pose de films opaques sur les ouvrants des véhicules, ceci uniquement pour des questions d'ethétique.

Que dire des assassins du 13 novembre qui ont pu se déplacer dans Paris sans être repérés, probablement aidés par de tels équipements si l'on en croit les photos des voitures utilisées, photos parues abodament dans la presse ?
Pour ce qui est de la sécurité de nos enfants, plusieurs d'entre eux auraient pu être sauvés s'ils avaient été visibles depuis l'exterieur du véhicule où ils se trouvaient. C'est pourquoi, et je ne suis pas le seul à penser ainsi, cette mesure me parait insuffisante car les enfants sont normalement installés aux places arrières et seront encore difficilement visibles.

L'efficacité des vitres teintées ?

J'en ai déja parlé dans ce blog, il faut être conscient du fait que si les vitres teintées semblent efficaces par rapport au rayonnement solaire direct, elles le sont malheureusement aussi en bloquant à l'interieur du véhicule le rayonnement infra-rouge qui provient des equipements (sieges, planche de bord, etc) souvent de couleur sombre, qui s'échauffent du fait du rayonnement direct a travers les vitres , mais aussi par conduction thermique depuis tout le véhicule (carrosserie, pneus) ainsi que le sol, transformant ainsi une voiture close en four où la température augmente trés vite.

J'ai personnellement mesuré, pour une température ambiante de 24°C, une température atteignant dans l'habitacle, 49°C aprés 2H de stationnement.

Je crois qu'il est temps de se poser la bonne question : Que choisir entre l'esthétique de votre voiture et la vie de vos enfants. La réponse devrait être évidente. 

 

Début : -1- 941 jours




 

vendredi 18 juillet 2014

-24- 6 ans déja

Début : -1- 941 jours

 

Il y a 6 ans, c'était le 18 juillet 2008, ma famille et moi-même accompagnions Yannis jusqu'à sa dernière demeurre.
Aujourd'hui, 18 juillet 2014, 6 ans plus tard , jour pour jour, un enfant agé de seulement 1 an, mourrait lui aussi dans des conditions similaires, a Courthézon (Vaucluse).

Depuis tout ce temps, qui a bougé pour éviter de tels drames? Quel constructeur a choisi de créer de véritables protections pour les tout-petits? Quelle campagne de prévention et d'éducation du public a t'elle vu le jour ?

Je n'ai pas peur de le dire aujourd' hui , dans notre pays, rien n'a bougé.
Ceux qui ont en main les moyens d'agir n'ont rien fait , quel que soit le poste ou les responsabilités qu ils occupent.
Les constructeurs, les equipementiers connaissent parfaitement le problème, et l'ignorent superbement. Il est préférable de vendre des voitures toutes plus bling-bling les unes que les autres, de la voiture qui se gare seule a la voiture connectée a internet. Tous nos véhicules ne sont plus que des vitrines d'une technologie que quasiment pas un de ceux qui les achètent n'est capable d'utiliser à bon escient.
Il est vrai que les mots "électronique, connectée, communicante, etc " sont de bien meilleurs vendeurs que n'importe quel ingénieur commercial. Et pendant ce temps, faute de vouloir dépenser dans chaque véhicule, quelques dizaines d'Euros utiles, et ce de façon généralisée et systématique, des enfants meurent.

En termes de prévention, si l'oubli est par nature involontaire, la technologie peut être facilement un outil de grande valeur. De plus , cette même technologie si elle est obligatoire sans dérogation et sans possibilité de déconnexion par l'utilisateur peut être un formidable moyen de prévention et d'éducation des conducteurs. Quel automobiliste accepterait d'être montré du doigt, voire emmené par les forces de l'ordre parce que un système d'alarme aura permis d'éviter un tel sort à son enfant?

Les politiciens , depuis les maires jusqu'au Président de la République lui-même ont un rôle a jouer, en faisant respecter dans leur juridiction les normes concernant le transport en toute sécurité des enfants
dans la voiture familiale. Si ces politiciens ont un pouvoir sur les textes en vigueur, pourquoi n'imposent ils pas des normes trés strictes sur le sujet? Pourquoi n'imposent ils pas l'installation systématique, obligatoire et de série , sur nos véhicules , de systemes de sécurité pour les tout-petits? Un enfant en bas âge est il dans leur esprit quantité negligeable au point de pouvoir être "trimballé" comme un vulgaire paquet?

La prévention peut être faite de nombreuses autres façons, et ce, quasiment gratuitement.
Les auto-écoles, les maternités, les crèches, écoles maternelles, etc, sont des endroits privilégiés pour faire passer le message : "Jamais un enfant seul dans un véhicule en stationnement".


La situation dans d'autres pays

Tout ce que je dis ci-avant ne concerne bien évidemment que ceux qui ont un pouvoir.
Dans certains pays , comme Israel ou la Belgique, ont des lois pour pénaliser le fait de laisser un enfant sans surveillance dans un véhicule. Ces lois, si elles ont le mérite d'exister ont le gros défaut d'être exclusivement répréssives. La prévention en semble exclue. Je peux me tromper sur ce sujet et si c est le cas, je ne demande qu'à être démenti, j'apporterai la correction dans ce blog.
En revanche dans ces 2 pays , des systèmes de surveillance et d'alarme ont en cours d'étude , parfois à un niveau avancé. Malheureusement pour le peu que j'en sais, ces systèmes sont tous incapables d'avertir le voisinage par un signal sonore facilement reconnaissable et se contentent d'ouvrir les vitres du véhicule et/ou de prévenir le conducteur par SMS (en général) de son oubli. Que se passera t'il si le SMS n'est pas reçu (pb de batterie de portable) ou si le reseau est deficient?
Malgré tout, ces systèmes existent ou sont sur le point d 'exister et sauveront peut être des vies.

Le cas des USA
Les USA sont composés d'une cinquantaine d'états , chacun possédant des lois qui peuvent lui être propres. C'est ainsi que moins d'une vingtaine d'états ont des lois punissant le fait de laisser un enfant seul dans un véhicule, les peines encourrues pouvant être tres lourdes en cas de domages à l'enfant.
A ma connaissance , il n'y a pas de prévention organisée au niveau institutionnel.

Aux USA, comme en Europe et en France, on voit que la situation est quasiment ignorée par les pouvoirs publics. En revanche, Outre-Atlantique des sites internet sont dédiés a ces situations dramatiques. J'ai eu l'occasion de siter ici le site du professeur Jan Null ou le site kids and cars. Il en existe d'autres. Tous ces sites sont créés et maintenus par des associations ou des particuliers.
En Europe, ou du moins en France, ce blog est à ma connaissance le seul existant et consacré uniquement a de telles tragédies. Malgré tout, de nombreux sites ou forums consacrés à la petite enfance, font oeuvre de prévention dans ce domaine.

En 2013, une association américaine est allé beaucoup plus loin en publiant une video trés réaliste pour montrer les dangers de telles situations. Cette video a été reprise par de nombreux sites en Europe et en France . Je la publie à mon tour (aprés avoir longtemps hésité devant son réalisme) :

 
Une telle vidéo devrait être montrée dans les auto-écoles a tout prétendant au papier rose. Elle est un exemple fort de ce que pourrait et devrait être une vraie camapgne de prévention.

Une autre video, américaine elle aussi, a été créée  par un homme qui a voulu montrer ce que peut être une telle situation en s enfermant dans sa voiture garée au soleil. Le résultat devrait lui aussi être montré partout tant il est parlant. A voir absolument .





Début : -1- 941 jours


vendredi 13 décembre 2013

-23- Votre voiture ou vos enfants?

Début : -1- 941 jours
Article précédent :  -22- Combat pour la vie
Article suivant :- 24- 6ans déja
Statistiques


J'aurais pu titrer cet article ainsi :
"Que préférez vous, votre voiture ou vos enfants? " ou: "Qui garde l'autre, votre voiture ou vos enfants? "
Je peux paraître provocateur en écrivant ceci, mais force est de constater que l'actualité de cette année 2013 amène forcément à se poser ces questions.

Il ne se passe pas un jour sans que je ne voie un ou plusieurs enfants, parfois trés jeunes, seuls dans un véhicule en stationnement, attendant un parent, voire les deux, parti faire ses emplètes dans les commerces voisins.
Pire encore, l'actualité a montré à plusisurs reprises des évènements a mon avis trés graves.

Des enfants dans des voitures emmenées à la fourrière

À au moins 3 reprises de tels faits ont été relatés dans la presse. La première fois, c'était un bébé de quelques semaines, dans la voiture de sa maman qui allait chercher un autre enfant à l'école. Une autre fois, c'était un enfant d'une dizaine d'années, dans un véhicule, moteur tournant pour permettre à la climatisation de fonctionner. Il faisait trés chaud et il était environ 22H30 ce soir là.

Si j'en crois les nombreux commentaires publiés sur internet, les employés de la fourrière n'ont pas le droit de déplacer un véhicule dans lequel se trouve un être vivant.
Ce principe de base oblige à se poser des questions.
Ont ils regardé à l'intérieur? Les enfants étaient ils visibles?
D'autres commentaires font état de la promptitude  des employés de la fourrière a accomplir leur travail, ce qui peut , si les enfants étaient visibles depuis l'exterieur, être une source de danger pour l'enfant et dans ce cas être considéré comme une faute grave de la part de ces employés.

D'autre part l'attitude de ces parents pose elle aussi certaines questions.
Ces enfants ont ils été laissés ainsi de bonne foi, la durée de l'arrêt étant par nature courte?
Est il possible que dans certains cas de tels actes aient eu lieu afin de se prémunir contre la fourrière?
Si dans un cas, la bonne foi est la raison invoquée, dans l'autre cas, ce serait confier la garde du véhicule à un enfant.
Dans tous les cas, ces enfants étaient à la merci de nombreux évènements comme celui qui les a portés à la une de l'actualité. J'ai dénombré dans la presse un grand nombre de cas ou des enfants se trouvaient dans des voitures que des malfrats n'hésitaient pas à voler avec leur precieux chargement. 

Si le problème s'avérait être du à l'impossibilité pour les employés de la fourrière de voir l'intérieur du véhicule, cela poserait de plus un problème dont j'ai déja parlé : le problème des vitres sur-teintées.

Dans tous les cas, ne prenez pas le risque de transformer vos enfants en "boucliers humains"face à la fourrière.

Des enfants confiés aux bons soins d'un véhicule

Le cas le plus fréquent reste le cas d'enfants seuls dans une voiture en stationnement, attendant, plus ou moins calmement, le retour du conducteur parti faire quelques emplètes.
C'est le cas le plus fréquent que chacun peut constater tous les jours, comme je peux le constater moi même quasiment tous les matins à l'heure où je vais faire quelques courses.

Tous les automobilistes interpelés par les forces de l'ordre disent tous la même chose: ""Je ne me suis absenté que quelques minutes" ou: "Il dormait, et je n'ai pas voulu le réveiller".
De tels propos, même s'ils sont souvent empreints d'une bonne fois évidente, n'en sont pas moins graves.
Chaque année, des enfants sont mis en danger ainsi et parfois soumis à un risque immédiat comme par exemple le vol du véhicule dans lequel ils se trouvent. Le dernier cas de ce type a eu lieu au début de ce mois de décembre à Valence.
On a vu aussi en Normandie un cas d'incendie du véhicule dans lequel se trouvaient 2 enfants qui ont pu être sauvés in-extremis. Pire, en Guyanne, un petit bonhomme de moins de 3 ans a réussi a sortir du véhicule pour rejoindre son papa qui allait chercher un autre enfant à l'école, et qui s'est fait renverser par une voiture qui arrivait à ce moment, perdant ainsi la vie.

Un autre fait divers, qui, même s'il relève avant tout de délaissement d'enfant, est significatif du rapport parfois malsain que beaucoup entretiennent avec leur voiture. Je veux parler de la petite Serena, découverte par un mecanicien dans le coffre de la voiture où sa maman l'avait placée.
Cette voiture qui aurait pu être le lit de mort de cette petite fille, l'a heureusement sauvée en ayant besoin de réparations. Mais dans cet acte , cette mère à fait en réalité 4 malheureux : la petite Serena et ces 3 frères et soeurs qui on été placés par les services sociaux. Même s'il n'y a pas eu de décés, une famille complète a été detruite.

Je crois qu'il faut à tout prix considérer la voiture comme ce qu'elle est : un outil , et rien d'autre.
Même s'il est vrai que beaucoup d'évènements se produisent de façon quasi naturelle, la bonne foi ne peut en aucun cas être une protection pour un enfant.

En conclusion, je dirai ceci :
"En aucun cas, ne considérez jamais votre voiture comme une nounou, et ne la confiez jamais en garde à vos enfants" .

Début : -1- 941 jours
Article précédent :  -22- Combat pour la vie
Article suivant :- 24- 6ans déja
Statistiques

vendredi 6 septembre 2013

-22- Combat pour la vie

Début : -1- 941 jours
Article précédent :  -21- Statistiques
Article suivant :-23- Votre voiture ou vos enfants?
Statistiques


Dans tout ce que j'ai écrit jusqu'ici, on pourrait penser que je ne fais qu'accuser les pouvoirs publics, les industriels, etc... C'est certes vrai en partie, mais je n'ai pas que cela à dire. Je voudrais ici rendre hommage à tous ceux qui, dans le cas de Yannis, ou dans d'autres circonstances se battent, avec des moyens parfois trés limités, pour permettre à la vie de continuer à s'exprimer.

Je voudrais remercier publiquement ici tous ceux qui se sont battus avec acharnement pour ramener Yannis à la vie. Ils étaient là, pas pour des honneurs illusoires, mais parce qu'ils devaient être là.

Il y a eu d'abord Mme Béatrice R. qui a découvert Yannis, seul dans la 205 rouge stationnée sur le parking. Combien sont passés à coté et n'ont pas bronché en voyant mon petit-fils? Elle a tout compris, et a couru à la gendarmerie de Pont de Cheruy pour donner l'alerte.

Un gendarme, M.Luidgi V. a couru sans attendre la disponibilité d'un véhicule, et arrivé sur place, a cassé la vitre pour extraire Yannis de la fournaise. C'est terrible, plusieurs semaines plus tard de voir un gaillard costaud des larmes plein les yeux en évoquant ces terribles moments.

Il y a eu ensuite Mlle Amandine C. qui passant a proximité a immédiatement prodigué les premiers soins en sachant que la situation était trés grave.

Les pompiers de Pont de Chéruy sont alors arrivés et pendant plus d'une heure, ils se sont battus autour de ce petit corps pour le ramener à la vie.

Tous ces gens avaient un point commun : leur jeunesse et leur amour de la vie. Aucun d'entre eux ne s'est battu contre la mort, tous se sont battus pour la vie.

Certes, leur combat s'est terminé par une défaite, la mort a gagné, mais tous méritent le plus grand respect.

Pourquoi se battre?

Si on considère que la vie se termine toujours par la mort, alors pourquoi se battre? La boutade bien connue : "La vie est une maladie sexuellement transmissible, incurable et toujours mortelle" semble inciter à la désespérance. Dans ce cas pourquoi vivre? Cette question est sans réponse apparemment.
Peut être tout simplement parce que la vie est là et la mort qui arrivera tôt ou tard n'a qu'à patienter.
La vie peut être belle et c'est à nous tous de nous battre pour la préserver.
Toute autre réponse signifierait qu'il faut avoir le courage (ou la lacheté) de dire :"la mort gagnera , alors pourquoi l'attendre? donc je termine ma vie ici".

Chaque être humain, qui qu'il soit a le devoir de vivre car il est une part de la vie. Il ne vit pas que par lui, mais aussi par et pour ceux qui l'entourent. Ceci implique que chaque être humain doit se battre pour sa vie et ce faisant, il se bat nécessairement pour la vie en général.

À quoi serviraient tous ces chercheurs, ces bénévoles et tous ceux qui oeuvrent pour améliorer la vie de leurs semblables s'ils raisonnaient ainsi?
À quoi servirait le combat de ces parents d'enfants touchés par de trés graves maladies dont ils connaisent l'issue et qui malgré tout se battent pour permettre a leur enfant de vivre parfois dans des conditions que tout un chacun jugerait terrifiantes? Souvent même ces parents se battent aprés que l'issue tragique soit survenue, simplement pour aider ceux qui se trouvent dans le même cas. On pourrait penser qu'il y a dans leur esprit une part de masochisme, une envie de rester dans le passé qui leur a fait tant de mal. je ne pense pas cela. Je crois que ces gens se battent pour la vie de leurs semblables, parce qu'ils doivent le faire, ne serait ce que par respect pour leur disparu.

On pourrait penser que le combat que je mène est un combat perdu d'avance. Don Quichotte pouvait-il vaincre les moulins a vent? Il avait un combat à mener et c'est ce qui était important. On pourra objecter que les drames comme celui qui a touché ma famille sont rares (14 en France depuis 2006). C'est vrai. Mais que dire de ces enfants touchés par des maladies orphelines? Faut il les laisser mourir? Faut il baisser les bras et supprimer les moyens, deja limités, de ceux qui se battent pour trouver des traitements? Faut il condamner les bénévoles qui eux aussi se battent pour leur amener des raisons de vivre, qui les entourent et leur permettent ainsi d'avoir une vie jusqu'au bout?  Ce serait une grave insulte qui serait jetée à la face de tous ces malades, et de tous ces gens qui les entourent que de renoncer à se battre.

Il suffit pour s'en rendre compte d'aller visiter certains hopitaux. J'ai eu l'occasion de fréquenter l'hopital Léon Bérard de Lyon (que je fréquente de nouveau régulièrement) et plus particulièrement l'IHOP (Institut d'Hématologie et d'Oncologie Pédiatrique). Ceux qui y vont pour la première fois sont frappés par la vie omniprésente qu'on y croise. Voir des enfants de 5 ans courrir dans les couloirs, en poussant des potences où sont accrochées des poches de médicaments reliées par des tubes à un catether, montre ce que peut être la vie et pourquoi il faut se battre pour elle. Il faut avoir vu cette petite fille noire, tellement fière de sa perruque avec des mèches dorées qu'elle refusait d'enlever par coquetterie, même sous la douche. Il faut avoir vu l'effervecence qui a régné dans les couloirs lorsque ces enfants ont vu arriver, les bras chargés de cadeaux, leurs idoles de l'Olympique Lyonnais, Bafétimbi Gomis et Hugo Lloris en tête, pour comprendre que la vie était bel et bien au premier plan.
Chacun de ces petits malades sans cheveux, est un être, qui même s'il est atteint de la même maladie que l'enfant dans la chambre voisine, est unique. C'est pour cette unicité qu'il faut se battre. Ne pas le faire ne serait rien d'autre que ramener l'espèce humaine au rang de n'importe quelle espèce animale sans conscience de son importance dans notre monde.
Chaque mèdecin, chaque infirmière, chaque bénévole qui fréquente ces lieux le fait à chaque fois pour un être unique, jamais contre une maladie ou contre la mort. 

Pour comprendre ce que je dis, on peut lire un témoignage bouleversant : Le livre de Anne-Dauphine Julliand "Deux petits pas dans le sable mouillé". J'ai dévoré ce livre d'une traite et j'ai eu beaucoup de mal a retenir mes larmes quasiment à chaque page. Le courage de cette mère pour assurer à sa fille une vie digne de ce nom, mérite le plus grand respect. Bisous à Thaïs, Azylis, Gaspard et maintenant Arthur.

Mon combat pour la vie

Il est évident que tout ce que je peux entreprendre ne pourra jamais ramener Yannis dans nos bras. Si c'était possible, ce serait déja fait.
Aprés ce triste 15 juillet 2008, j'ai pris conscience des nombreux dangers qui guettent un enfant seul dans une voiture, et c'est pour ces enfants que je veux me battre.
Le 20 juillet 2013, vers 12H30, j'ai été impliqué dans un incident qui aurait pu être dramatique.
Je circulais dans la ville de Pont de Cheruy. Arrivé au carrefour de la rue Grammont et de la rue Gonthier, je m'arrétai au feu qui était rouge. Sur le trottoir , une petite fille d'environ 5 ans , aux longs cheveux noirs, en sueur et en larmes me fait signe. Je baisse ma vitre et lui fait signe de retourner sur le petit parking a l angle de ce carrefour. Je me gare rapidement, suivi par un couple qui a assisté a la scene. Nous interrogeons la petite fille qui nous dis : "Je ne sais pas où est mon papa". Avec l'autre automobiliste nous decidons de chercher dans les commerces a proximité pendant que son épouse reste avec la petite fille . A peine entrés dans un commerce, je lance: "Il ya une petite fille seule qui cherche son papa" . Un homme qui faisait la queue sort en courant, traverse la route au risque de se faire renverser et rejoint sa voiture, un pick-up noir de marque Nissan. Il le verrouille, prend sa fille par la main et repart poursuivre ses achats.
Que se serait il passé sans cet autre automobiliste, son épouse et moi-même? La petite fille aurait peut être traversé au risque d'être renversée par un véhicule, comme ce fut le cas en Guyanne il y a environ 1 an. Si elle était restée dans la voiture familialle, elle aurait pu être gravement incommodée par la chaleur, qui à l'exterieur dépassait largement les 30°C.
3 semaines plus tard, je me gare sur la place du marché. A quelques mètres, une voiture blanche et 3 enfants dont le plus agé devait avoir moins de 6 ans. Le soleil tape tres fort (environ 30 à 32 °C).
Je décide d'aller immédiatement prévenir la police municipale toute proche. En chemin , je croise 2 gendarmes (un homme et une femme) et je leur donne mes constatations. Ils se dirigent alors vers la voiture qu'ils examinent. Voyant les militaires en action je retourne faire mes courses. Je ne sais pas comment s'est terminé cet incident, car à mon retour, le véhicule n'était plus là.

Peut on penser que cette petite fille (elle se prénomme Marie) ou ces 3 petits enfants, ne méritent ils pas que l'on s'interresse à leur sort? Mon action a t'elle été inutile? Combien de passants les ont vus et n'ont rien fait? N'ont ils pas droit à la vie?

J'affirme ici que chaque fois qu un enfant est seul dans un véhicule, il doit être secouru.

Dans la premiere partie de cet article je parle beaucoup du centre Léon Bérard de Lyon. Il y a un raison précise à cela : Pendant 2 ans j'y suis allé avec ma soeur pour accompagner mon neveu lors de séances de chimiothérapie. Il va bien maintenant.
J'y retourne de nouveau car ma fille cadette elle aussi doit se battre pour sa vie.

J'ai cité aussi Anne-Dauphine Julliand l'auteure de "2 petits pas dans le sable mouillé". Elle cite souvent dans son livre la phrase "Si l'on ne peut pas ajouter des jours à la vie, ajoutons de la vie aux jours".
J'ajouterai simplement : "Mais , avant tout, n'otons pas de jours à la vie"

Début : -1- 941 jours
Article précédent :  -21- Statistiques
Article suivant :-23- Votre voiture ou vos enfants?
Statistiques

lundi 29 avril 2013

- 21 - Statistiques

Début : -1- 941 jours
Article précédent :  -20- Et nos dirigeants, qu'ont ils fait? que font ils?
Article suivant : -22- Combat pour la vie
Statistiques  (Cet article)


Dernière mise à jour : Le 30 novembre 2016

Ne disposant d'aucune statistique officielle, tous les faits que je relate ici sont issus d'articles publiés dans la presse française et étrangère, soit dans la presse écrite, soit dans des sites internet de quotidiens de la presse nationale et régionale. Cet article sera mis à jour chaque fois que l'actualité montrera de nouveaux cas.
Tous les faits relatés ici, même les plus anodins , voire amusants, n'ont d'autre but que de montrer les risques liés au fait de laisser , même pour une durée courte, un enfant sans surveillance dans un véhicule en stationnement.

À l'étranger

Aux USA :

Le site ggweather du professeur Jan Null répertorie depuis plusieurs années les nombreux drames qui se produisent outre-atlantique. Seuls les décés par hyperthermie (deshydratation et coup de chaleur) sont cités.
Ce site a été remplacé par le site noheatstroke du même auteur, maintenant professeur à l'université de San José (Californie, USA)

Le site KidsAndCars se concentre lui sur tous les risques encourrus par des enfants laissés seuls dans et à proximité de véhicules hors circulation normale.

En Israel :

Une page internet publiée le 16/05/2009 fait état pour les seules années 2004 à 2007 de 40 enfants décédés d'hyperthermie dans un véhicule en stationnement et de 24 décés pour la seule année 2008.
Je livre ici un copié/collé de l'article:

STATISTIQUE MACABRE ET CHOQUANTE. Une information qui mobilise actuellement les Israéliens qui sont confrontés à un “drôle” de phénomène : les parents oublient, dans une chaleur torride et souvent durant l’été, leurs bébés et enfants en bas âge dans les voitures.
Le phénomène choque les parents d’enfants qui ont appris récemment, et ceci grâce à une campagne nationale de sensibilisation, que plus de 24 enfants sont morts en 2008 à la suite d’un oubli des enfants dans les voitures.
La loi israélienne a prévu 3 ans de prison pour les parents coupables.—


En Europe :

Toute l'Europe est elle aussi touchée : On denombre depuis 2009 plusisurs décés : Italie (4), Espagne(1), Belgique(2), Chypre(1), Suisse(2)
Avant 2009 d'autres décés étaient survenus notamment en Italie, Espagne ou Belgique.

Les faits survenus en France :

Avant 2006, à ma connaissance, aucun cas n'a été signalé.
Depuis 2006, on compte 21 décés dans notre pays (Yannis était le 3eme dans cette liste). On compte aussi au moins 66 cas d'enfants oubliés dans des bus de transport scolaire rien que depuis 2009.
À partir de 2009, j'ai relevé tous les évènements, y compris les plus anodins relatés par la presse. Il, faut noter que plus de la moitié des cas survenus dans notre pays se sont produits dans des départements ou territoires outre-mer.
Rien que depuis l'année 2009, au moins 172 incidents plus ou moins graves, dont beaucoup ont nécessité l'intervention des secours, ont été signalés.
En cliquant sur l'année, on peut les consulter. Chaque fait est relaté sous la forme :

Date, Lieu
Lien vers l'article original
Copié/Collé de l'article en question

Certains liens sont cassés , mais cités malgré tout pour permettre à tous ceux qui voudraient approfondir les recherches correspondantes, d'avoir un minimum d'informations. 
Tout lecteur ayant connaissance de cas (même sans gravité) inconnu de moi-même, peut m'en informer. Il suffit de porter à ma connaissance, les faits, dates, lieux et circonstances accompagnés éventuellement d'un lien vers un site de presse en parlant ou d'un "scan" d'une coupure de presse. 
Le but étant uniquement la prévention , et en aucun cas la stigmatisation des adultes à l'origine de ces faits

En 2006 : 1 décés
En 2007 : 1 décés
En 2008 : 3 décés
En 2009 : 1 décés et 5 enfants oubliés dans des bus
En 2010 : 1 décés et 3 enfants oubliés dans des bus
En 2011 : 4 décés et 13 enfants oubliés dans des bus
En 2012 : 3 décés et 7 enfants oubliés dans des bus 
En 2013 : 2 décés et 11 enfants oubliés dans des bus
En 2014 : 3 décés et 10 enfants oubliés dans des bus
En 2015 : 1 décés et 9 enfants oubliés dans des bus
En 2016 : 1 décés et 8 enfants oubliés dans des bus

Début : -1- 941 jours
Article précédent :  -20- Et nos dirigeants, qu'ont ils fait? que font ils?
Article suivant : -22- Combat pour la vie
Statistiques  (Cet article)


samedi 23 mars 2013

- 20 - Et nos dirigeants, qu'ont ils fait ? que font ils ?

Début : -1- 941 jours
Article suivant: -21- Statistiques
Statistiques

 

Quelle a été leur action ?

À cette question on serait tenté, sans trop se tromper, de répondre : RIEN
Bien sur, quelques annonces ont été faites dans la presse.

J'ai écrit dès le mois de juillet 2008 à de nombreux resposables politiques, à commencer par M.Nicolas Sarkozy, alors président de la République, M. François Fillon, son premier ministre, ainsi qu'à M. Bernard Accoyer, président de l'Assemblée Nationale et à plusieurs députés de la majorité et de l'opposition d'alors. J'ai reçu des réponses apparemment attristées, mais aucun engagement en faveur de mesures à prendre. J'ai envoyé beaucoup d'autres courriers à nos dirigeants, courriers qui peu à peu se sont soldés par une absence de réponses. Pourquoi un tel silence? Gène, aveu d'impuissance ou indifférence flagrante? La mort d'un enfant a t'elle donc si peu d'importance ?

Certes, début août 2008, aprés la mort de Yannis puis de Zoé, Mme Nadine Morano s'était exprimée sur l'antenne de RMCinfo, dans l'émission de M. Jean-Jacques Bourdin, pour dire qu'elle souhaitait la mise en oeuvre de systèmes d'alarme dans les véhicules. Ces belles paroles n'ont débouché sur rien.

Dans un avis datant de mars 2009, à la suite de courriers, dont un des parents de Zoé, la commission de securite des consommateurs émettait un avis incitant les constructeurs à mettre au point un tel système.
Sur quoi a débouché cet avis ? Mystère .

Aprés la mort de Maxine, en juin 2010, Mme Nadine Morano, toujours elle, réunissait les constructeurs dans le même but. Resultats? Rien.

Bien sur dans l'avis de la CSC, il est fait mention de systèmes en cours d'étude.

Une analyse de la séquence d'ouverture et de fermeture des portières pourrait permettre de déterminer si un être humain est resté dans le véhicule en stationnement. Problème, cet être humain peut être un adulte qui attend une autre personne. Faut il activer une alarme dans ce cas?
Mes propres réflexions montrent qu'il y a un seul cas où l'on peut avec certitude dire qu'un adulte est présent dans la voiture. C'est juste aprés l'arrêt du dit véhicule, et tant que la portière avant gauche n'a pas été ouverte , puis refermée. Cet adulte est le conducteur du véhicule. Rien ne permet de dire qu'un enfant seul est encore dans son siège.

Un autre constructeur fait état de recherches permettant de detecter une présence par détection des battements cardiaques émis par cette présence. Problème, le meme constructeur avoue ne pas savoir déterminer s'il s'agit d'un adulte, d'un enfant ou d'un animal.

D'autre part, les constructeurs pensent pouvoir commercialiser de tels systèmes, en option pour un coût allant de 1000 à 3000€, ce qui revient à dire que un tel objectif n'est pas dans leurs priorités. Ils reconnaissent aussi qu'il existe des systèmes , liés au siege de l'enfant, fiables, de faible coût et ne générant pas de fausses alarmes, mais n'envisagent pas de s'appuyer sur de tels dispositifs pour développer un système qui pourrait être installé en série sur leurs véhicules.

Les constructeurs proposent aussi des dispositifs qui frisent le ridicule pour lutter contre les drames dûs au système de super-verrouillage des portières, ou dûs à des enfants enfermés en jouant dans le coffre d'une voiture en stationnement.

Pour en revenir à nos dirigeants, leur action pourrait reposer sur , et en premier lieu, la prévention.

Actions possibles de prévention

La prévention pourrait être faite dés la maternité, elle serait du domaine de l'éducation des nouveaux parents.
Les crèches, écoles maternelles, écoles primaires pourraient être un lieu privilégié pour la prévention.
Si à chaque inscription, et pourquoi pas plusieurs fois durant l'année scolaire on répète une seule chose, à savoir : "ON NE DOIT EN AUCUN CAS LAISSER UN ENFANT SEUL DANS UN VÉHICULE EN STATIONNEMENT", le message finira par passer.
Un autre lieu privilégié pour un tel message n'est autre que le cabinet du médecin de famille, du pédiatre ou de tout personnel de santé que tout un chacun est amené à fréquenter durant sa vie.
L'apprentissage de la conduite pourrait aussi, par le biais des auto-écoles faire passer le message.

Il est vrai qu'avant toute prévention il est IMPÉRATIF de faire respecter l'article R412-2 du code de la route qui définit la façon de transporter un enfant en toute sécurité dans un véhicule particulier. Il suffit de regarder dans nos villes les voitures qui passent pour se rendre compte du nombre effarant d'enfants en danger.

Les lieux commerciaux pourraient faire l'objet d'un affichage systématique allant dans ce sens. Tout le monde a déja vu sur certains parkings ce panneau représentant un oiseau tenant dans son bec un bijou, assorti de la mention " Ne laissez pas d'objets précieux dans votre voiture". Il serait facile de s'inspirer de tels panneaux. Il est vrai qu un enfant , s'il est précieux n'est pas un objet !

De tels principes ne seraient certainement pas difficiles à énoncer avec force, encore faut il le vouloir. Il suffirait pour cela que les ministères concernés décident une fois pour toutes que 14 morts inutiles (à la date de ce jour, à savoir le 23 mars 2013) depuis 2006, sont 14 morts de trop.
Il serait probablement possible d'ajouter au code de la route un article énonçant de tels principes, assortis des sanctions minimum en cas de faits avérés.

Actions possibles au niveau judiciaire

Dans tous les cas où un enfant est décédé ainsi, la justice a eu a se prononcer. Si les peines infligées ont été relativement modérées (allant de la dispense de peine à environ 1 an de prison avec sursis), les décisions ont certainement été trés difficiles à prendre. Il faut savoir que dans nos lois, aucun texte ne régit ce genre d'accident. Seuls le délaissement (qui s'applique plutôt aux actes volontaires) et l'homicide involontaire peuvent (sauf erreur de ma part) être retenus.
Si le cas du délaissement, de part son caractère volontaire peut s'appliquer sans trop de difficultés, Il en est tout autre en ce qui concerne l'homicide involontaire.
Il est vrai qu'il y a homicide et que le caractère involontaire est avéré. Mais, dans tous les cas d'oubli, tout s'est passé comme un effacement de la mémoire à court terme. Un spécialiste pourrait probablement en dire plus et mieux que moi. Dans ces cas, comme cela se voit parfois aux assises en cas de meurtre, l'état pathologique du présumé coupable au moment des faits est pris en compte pour déterminer son éventuelle responsabilité consciente, donc le fait s'il doit être jugé ou pas. Tous ces cas de "trou noir" de la mémoire ne peuvent ils pas être considérés comme un évenement pathologique? Bien entendu seule l'enquète peut amener à ce genre de conclusion.
Le legislateur peut se poser cette question. Le ministère de la justice peut proceder aussi par directives incitant à un examen approfondi des circonstances , y compris dans leur aspect médical.

Lors de décés impliquant des dispositifs particuliers installés sur des véhicules  ayant soit participé à l'issue tragique, soit ayant retardé ou empéché tout secours, le fabricant ou son représentant légal devrait être amené a s'expliquer quant à ces dispositifs qui semblent faire preuve de leur dangerosité autant que de leur inutilité, sinon, comment expliquer que la voiture en 3eme position des plus volées dans notre pays soit la BMW X6, alors que cette voiture est souvent équipée du système de "super-condamnation des ouvrants" ?

Là aussi nos dirigeants doivent agir. Il me parait important que ce genre d'accident (en cas d'oubli) soit étudié, et surtout que le cas ou cet acte se révèlerait volontaire, que les mesures spécifiques soient prises.
Il est bien evident que l'on ne peut punir la ménagère qui a laissé son enfant dans sa voiture le temps d'acheter son pain, de la même façon que le père qui a laissé son enfant dans sa voiture pour aller faire la fête. Les sanctions doivent evidemment être graduées.
Dans les cas d'oubli avéré resultant d'un "trou noir" de la mémoire, la dispense de peine, voire le non-lieu, devrait être la règle.
Un autre point particulièrement traumatisant en cas de décés est l'autopsie. Pourquoi le médecin ayant constaté le décés ne pourrait il voir son jugement de praticien pris en compte plutôt que de voir une mère déja éffondrée hurler de douleur en voyant son enfant partir vers le centre médico-légal pour y être examiné sous toutes les coutures ? depuis juillet 2008, il y a des mots qui sont tabous chez moi, parmi eux : autopsie , mort, naissance, etc...
Je dois ajouter que le procureur de la République à Vienne (Isère) qui a traité le dossier a la suite du décés de Yannis, M. Franck Rastoul, à qui j'ai téléphoné,puis écrit et rencontré à plusieurs reprises, est un homme qui a fait preuve d'une grande qualité d'écoute lorsque ma fille, mon épouse et moi-même lui demandions de ne pas poursuivre mon gendre. Malheureusement il devait agir en fonction des lois de notre pays  et je suis persuadé que sa decision de porter ce dossier devant le tribunal correctionnel de Vienne a été prise en son ame et conscience. D'ailleurs à aucun moment lors de l'audience,il n'a accablé mon gendre qu'il a même qualifié de "bon père".

Actions possibles vis à vis des constructeurs

On se plaint souvent dans notre pays des innombrables normes qui régissent tous les secteurs de la société.
Dans le cas de l'automobile, il y en a enormément, mais curieusement, je n'en ai trouvé aucune qui parlent de la sécurité d'un véhicule en stationnement, excèpté les feux de détresse et certains dispositifs évidents comme le frein à main.
Ne serait il pas temps d'en imposer, définissant les dispositifs installés dans un véhicule afin d'interdire les systèmes pouvant être non seulement dangereux, mais mortels pour un être humain présent dans ce véhicule?
Cela pourrait tout simplement consister en la nécessité absolue pour les constructeurs de prouver que les dispositifs en question sont , soit directement, soit indirectement, totalement inoffensifs pour un être humain dans le véhicule en stationnement. Cela pourrait aller jusqu'à l'interdiction totale et sans dérogation (ce que je souhaite vivement) des dispositifs du type "super-verrouillage des ouvrants" (dont j ai déja beaucoup parlé sur ce site) ou des vitrages surteintés.
Cela pourrait passer aussi par l'obligation d'installation, en série sur tout véhicule destiné au marché national, de systèmes d'alarmes non debrayables et permettant d'alerter le voisinage en cas d'oubli.
Installer de tels systèmes en option serait totalement inutile, des enquètes éffectuées aux USA montrent sans équivoque que 95% de la population refuse d'imaginer etre victime d'un tel accident, donc trés peu de gens équiperaient leur véhicule avec un tel système qui serait bien vite rangé aux "oubliettes" avec les conséquences que l'on imagine.
On doit se poser les questions suivantes? Un enfant devrait il être considéré comme un passager de seconde classe et ne pas nécessiter de protections adaptées à son age et sa vulnérabilité? Un enfant laissé seul dans un véhicule doit il payer de sa vie l'acte de celui qui l'a laissé (volontairement ou involontairement) dans une telle situation?
Le caractère obligatoire d'un tel système pourrait avoir de plus un effet dissuasif, donc une action de prévention. Peut on imaginer quelqu'un laisser son enfant dans sa voiture, vaquer à ses occupations et ne pas réagir en entendant l'alarme de son véhicule, en voyant un attroupement se former, voire en entendant la sirène des pompiers ou de la police? C'est pourquoi un tel dispositif ne doit pas être débrayable.
Un tel système pourrait aussi placer les constructeurs qui le mettraient au point, dans une situation commerciale interressante si on considère les éventuelles royalties découlant de sa commercialisation.
Le problème du côut peut aussi se poser. D'autres systèmes ont eux aussi eu un coût en leur temps. Les ceintures de sécurité, trés contestées au moment de l'obligation de les attacher, n'ont elles pas sauvé un trés grand nombre de vies depuis?
J'ajouterai que le côut peut ne pas être aussi élevé que certains ne le pensent. La seule condition étant que un dispositif d'alarme soit basé sur des principes existants fiables, faciles à mettre en oeuvre. Une galerie de nouvelles technologies n'a pas sa place ici.
 J'ai moi même mis au point un tel dispositif (ce n'est qu un prototype) dont le coût n'a pas dépassé 50 euros.
Voir à ce sujet les articles conscrés au système YaZo à partir de l'article7 jusqu'à l'article 15 sur ce site.

Il ressort de tout ceci que lutter contre de telles tragédies qui , je le répète ne font que des victimes, est tout à fait réalisable et requiert essentiellement une volonté affirmée d'agir.
Si certaines mesures , notamment techniques , necessitent une action impliquant la communauté européenne, il existe pour cela des parlementaires qui peuvent prendre à bras le corps ce problème qui n'est pas typiquement français (l'Italie, l'Espagne, la Belgique, les Pays-bas, Chypre, le Danemark ont eux aussi été confrontés à de tels drames) .
Nos députés ont des outils leur permettant de poser des questions au gouvernement, de proposer des textes de lois, de débattre de différents problèmes en commissions, etc....

Qu'ils agissent !


Début : -1- 941 jours
Article suivant: -21- Statistiques
Statistiques